Notre-Dame-de-la-Paix

Historique de la municipalité

Les Lauzon, Bock, Cloutier, Fournel, Corbeil, Whissel, Rousson et Lalonde s’installent au nord des rangs Sainte-Madeleine et Sainte-Augustine pour cultiver leurs terres, ou autour de la première église érigée en 1902, qui, hélas a brûlé en 2001. En 1950, une coopérative permettait la construction d’un entrepôt, accordant ainsi une place importante à la culture de la pomme de terre.

La Petite rivière Rouge est un affluent de la rivière Petite-Nation; elle prend sa source au nord du Lac-des-Plages. Elle traverse une grande vallée plane où se trouve le village de Notre-Dame-de-la-Paix. Le paysage de la municipalité s’explique par le passage des glaciers, il y a 20 000 ans et de la mer de Champlain, il y a 10 000 ans. D’une épaisseur de plus de 2 000 mètres, les glaciers ont raboté les crêtes rocheuses, creusé des vallées et des dépressions et déposé des sédiments issus de cette érosion. Les glaciers disparuent, un bras de mer de l’océan Atlantique, appelé la mer de Champlain, pénètre à l’intérieur du continent. Cette mer intérieure noie la région entre 12 000 et 9 500 ans, jusqu’à une altitude de 200 mètres. En se retirant, elle laisse derrière elle des dépôts argileux et sableux. La plaine de Notre-Dame-de-la-Paix est formée des résidus de l’érosion laissés par le glacier et des dépôts de la mer de Champlain; ce sont des dépôts sableux, propices à la culture de la pomme de terre, une culture qui a fait la réputation de la municipalité.

Dernières nouvelles

Voir toutes les nouvelles

 



Avis récents